«Pour changer le respect de l'autre»

时间:2019-06-17 责任编辑:蓬舣 来源:九卅娱乐登录 点击:49次

Lesurnesplacéesàl'intréed'unmarché,àBobigny,attirent les passants,trèsintéressésparcette initiative municipale。 报告文学。

Deuxurnesopenéessurdeuxtablesàl'entréedumarchécouvertdu quartier de la Ferme,àBobigny,en Seine-Saint-Denis。 Deséluscouncessntlespassantsàepertyàlala la la sur droit de votedesrésidentsétrangers。 Deux公告:le bleu建议de donner cedroitàtouteslesélections; le vert uniquement aux scrutins locaux。 Petitàpetit,une file d'attente seme devant chaque urne。 Tarek,égyptiendequarante-cinq ans,glisse son enveloppe danslaboîteenmétal。 «J'aimerais pouvoir donner mon views。 Je n'ai pas envie de regarder ensimpletéléspectateurcequi se passe dans le paysoùjevis depuis vingt ans。 Ma fille,mon fils etmonépousesontnésici»。 La petite foule de votants estaussicoloréequel'est l'ensemble de la population balbynienne。

Depuis lundietjusqu'àdimanche,elleestappeléeàs'exprimerdans vingt-deux bureaux de votemisàadisposition dans les principaux lieux publics de la ville。 Comme ce mercredi,dans ce quartier populaire de la Ferme,oùcationantsetslalariéssemblentmotivésparl'initiative municipale。 Micheline,retraitée,estime«normal d'octroyer le droit de voteauxrésidentsétrangersquigagnent leur salaire et payentleursimpôts»。 L'argument revient sans cesse dans la bouche des partisans du«oui»。 某些人,他们是移民,但是他们还没有注意到这些特殊情况:«Je vote pour mes parent,dit Zarah,étudiantedevingt-deux ans。 MonpèreestinstalléàBobignydepuis quarante ans。 Il veut gardersaanationalitéalgérienne,car ce bout de papier lerattacheàsessorigin。 »

Àl'entréedumarché,l'ambiance rappellelespériodesdecampagneélectorale。 Un camion sono recouvert d'affichesappelleàs'exprimersur cette question。 Entre deux课程,les gens prennent le tempsdes'arrêterduantle bureau de vote ambulant。 Beaucoup saluent Abdel Sadi,首要的maire伴侣(PCF)de Bobigny。 Dernier de lafratrieàavoirobtenulanationalité

française,il est l'un des deux seulsconseillersgénérauxd'origineétrangèreenFrance。 «Mes父母ont toujours voulu garderleurintryitéalgérienne,considérantqu'ilsretourneraient un jour ou l'autre au pays。 Mais c'est ici qu'ils ont construit leur vie»,raconte Abdel Sadi,dontlepèreestdécédé。 «Mamèrenecomprend pas qu'elle ne puisse pas donner son opinion sur les affaires locales»,confie-t-il。

Pour l'élu,«il importe de prendre en compte l'histoire et le parcours de vie dans une ville,dans un pays et ne pas lierlacitoyennetéàranationalité»。 Àl'imagede bon nombredeFrançaisd'origineétrangère,Abdel Sadi vit mal l'absencedeconsidérationnountryaleenvers ses parents:«Ils ont fait ce pays,participéàsesbatailles。 Mes父母sont aussi les enfants decetteRépublique。 Le droit de voteauximigigréspermettraqu'on les regarde autrement。 »Le premier maire adjoint se tourne vers les passants,de plus en plusnombreuxàs'agglutinerdevant les urnes。 Ailleurs,lemêmeengouements'esturpé,àencroirelesélus,sûrsdelapolititédecetteconsultingorganiséedansle cadredescinquièmesassisesde la ville。

MK